La réinsertion familiale, une aventure extraordinaire!!!

Publié le par julia au burundi

 Cet article sera consacré à vous raconter mon merveilleux périple en 4x4 dans l’intérieur du pays que j’ai fait de jeudi à dimanche.

En fait, chaque année, l’Apecos procède à ce qu’on appelle « la réinsertion familiale« . C’est une étape importante dans le parcours des enfants du foyer, qui consiste à les réinsérer dans leur famille (après de longues années au foyer pour certains d’entre eux. Cette réinsertion se fait en plusieurs étapes. Déjà, elle n’est possible que lorsque la santé de l’enfant est stable, et seulement dans le cas où il est autonome dans la prise de son traitement. Des enquêtes sont alors menées afin de retrouver des membres de la famille qui accepteraient de les accueillir (cousins, oncles, tantes…), puis une équipe part sur le terrain pour les rencontrer et voir les conditions de vie dans lesquelles l’enfant vivrait. Enfin, lorsque la réinsertion est acceptée, nous partons avec les enfants pour les accompagner munis de leur « kit de réinsertion » (matelas, huile, farine, cartable, vêtements…) afin de soutenir financièrement la famille qui les accueille.

La semaine dernière, j’ai eu la chance de participer à cette aventure,  ce qui m’a permis de traverser tout le pays. Des champs de thé, au parc national de la Ruvubu, en passant par les hauts plateaux centraux, chaque paysage ici est magnifique!

 

Nous sommes partis jeudi en début d’après-midi après avoir acheter tout ce qu’il fallait pour les kits et charger  le 4x4.  Charger est peut-être un terme un peu faible puisqu’au départ, nous étions 4 adultes +5 enfants+ les kits ; autant dire que nous n’étions pas très bien installés… d’ailleurs, au bout de 10 kilomètres, nous sommes tombés en panne à cause d’une surchauffe du moteur. Heureusement, cela a été vite réparé et nous voilà repartis pour des heures et des heures de route (enfin de pistes, le plus souvent). Nous avons parcouru presque 1500 kilomètres en 4 jours avec environ 8 heures de route par jour dans des conditions très difficiles vu que c’est surtout des pistes que nous avons emprunté. Les gamins étaient morts de rire, moi beaucoup moins… j’avais l’impression d’être dans un tambour de machine à laver en mode essorage (bon, ceci dit je ne suis jamais rentrée dans une machine à laver mais j’imagine que ça doit faire à peu près cet effet!!!). Je vous dis pas le mal de dos que je me suis tapé, mais sincèrement ça valait le coup!!! Non seulement j’ai découvert quasiment tout le pays (nous avons traversé 11 provinces sur 17) mais en plus j’ai pu vivre la réinsertion de l’intérieur. A chaque fois que nous arrivions dans une famille avec l’enfant c’était un moment très fort. Certains étaient très contents et attendaient ça depuis longtemps, d’autres auraient préféré rester au foyer où ils ont grandi avec leurs copains. En général, nous ne réinsérons qu’environ 3 enfants par an car il faut que toutes les conditions sont vraiment réunies (hébergement décent, centre de santé et école proche) ce qui est difficile à trouver. Mais cette année l’Apecos rencontre des difficultés financières et doit fermer un foyer. Du coup nous avons dû réinsérer un maximum d’enfants, parfois dans des conditions affreuses. Il y a une petite fille notamment dont le cas m’a tout simplement fendu le cœur. Nous l’avons ramenée chez sa mère qui est séropositive et qui vit dans un camp de déplacés à des kilomètres du premier hôpital. La maison a des trous partout et la petite fille dort à côté des chèvres. Etant elle-même infectée par le virus du Sida, je suis très inquiète pour son avenir. Je vais tout faire pour trouver un parrainage à cette petite pour que nous puissions leur payer un logement digne de ce nom. Les assistants sociaux étaient également contre cette réinsertion mais par manque de moyen nous n’avons pas eu le choix. Un moment très difficile et l’impression désagréable de l’abandonner après tant d’efforts pour la remettre sur pieds!!

Mis à part cette dernière, les réinsertions se sont en général bien passées et je vais maintenant m’atteler à  ce que le suivi soit fait correctement même pour ceux qui sont à l’autre bout du pays!

 

Le soir nous avons dormi dans des petits hôtels et nous avons même été invités le vendredi matin a prendre le petit déjeuner chez le gouverneur de la province de Mwaro!! Lorsque je lui ai expliqué que j’étais venue pour mettre en place une formation de guides touristiques, il a tenu à m’emmener voir les chutes de Gasumo. C’est un endroit magnifique et sacré puisque dans le temps, les rois venaient ici pour invoquer l’esprit de la rivière. Aujourd’hui encore, les gens qui ont du mal à avoir des enfants par exemple viennent déposer des offrandes au bord de l’eau.

Nous avons également traversé le parc national de la Ruvubu, une savane où se côtoient chimpanzés, buffles, hippopotames… Malheureusement nous n’avions pas le temps de faire du tourisme et sommes juste passés sans s’arrêter ! En effet, la nuit était sur le point de tomber et il était hors de question d’être encore dans le parc en pleine nuit… trop dangereux!!

Le samedi soir, une fois que tous les enfants été raccompagnés, nous avons passé la soirée en boite à Ngozi. On a dansé toute la nuit et j’étais la seule blanche de toute la boite ; du coup, tout le monde voulait danser avec moi ;-) Mes collègue m’ont même félicité et dit que je dansais comme une africaine, ce qui est un très bon compliment ici… contente Julia!!!

 

Nous sommes rentrés dimanche soir et arrivés dans Bujumbura, nous sommes tombés en panne!!! J’ai failli faire une crise de nerf!!! Je me sentais extrêmement sale (ou plus exactement mon corps tout entier était orange à cause de la terre des pistes), j’étais épuisée et j’avais faim et voila que la voiture nous lâche à 5 kilomètres de la maison!!!

 

Bref, je suis arrivée à bon port vers 20h30, liquidée mais très enrichie par cette superbe expérience qui m’aura permis de faire d’une pierre deux coups: le suivi des enfants et la visite touristique du pays qui me servira pour ma formation!

 

Cette semaine a également très bien commencée puisque hier soir je suis allée dans une assoc’ du quartier pour rencontrer les deux jeunes qui l’ont créée et pour assister aux répétitions de danses et de tambourinaires. Franchement j’étais en transe!!! C’est génialissime et cette association fait un boulot extraordinaire avec les enfants des rues. Je mettrais les vidéos sur facebook prochainement. Ils ont même voulu que je me présente devant les 100 gamins qu’il devait y avoir, j’ai donc essayé de m’exprimer avec quelques mors de kirundi ce qui leur a beaucoup plus!!! En tout cas, voila encore un endroit où je vais sûrement aimer trainer!

 

Petites anecdotes:

 

* Comme nous étions avec le gouverneur, nous avons fait la petite balade à la cascade, encadrés par deux militaires armés d’une kalachnikov… une compagnie bizarre je vous l’avoue!!!

* En parlant de la Belgique avec une collègue de travail, elle m’a demandé si on pouvait aller de Marseille à Bruxelles en métro J

* Le Burundi étant une ancienne colonie belge, on en a gardé des expressions : avant midi (matin), un essui (une serviette), septante et nonante, accident de roulage (de la circulation), par après (après), un charroi (la personne qui s’occupe des véhicules d’une entreprise)…

* En rentrant à Bujumbura, on s’est fait alpaguer par des vendeurs de légumes à la sauvette qui hurlaient et rentraient tous leur tête dans la voiture pour nous crier leurs prix. Mes collègues, habitués, trouvaient ça normal mais moi au bout de deux minutes j’ai hurler « STOOOOOOOOOOOOP, vous m’avez fatiguéééééééééééééééé ». Un grand silence s’en est ensuivi, accompagnés de tous les regards braqués sur moi, puis quand ils ont vu que je n’avais rien de grave, la cacophonie a recommencé… dommage!!!

 

Pour ceux qui s’inquiétaient, je n’ai pas récupéré mon téléphone mais le propriétaire m’a remboursé 40.000 frbu (environ 30euros) pour m’en racheter un. Je suis donc à nouveau joignable sur le même numéro. Sinon, Internet n’a toujours pas été remis au bureau et je n’ai guère le temps d’aller au cyber donc pas d’inquiétude lorsque vous n’avez pas de nouvelles pendant plusieurs jours.

 

Bises à tous et encore « murakoze »w pour ceux qui laissent des commentaires! Pour les photos je les mettrai la prochaine fois mais j'en ai pris pleins!!!

Commenter cet article

MaryJ 25/09/2010 09:33


"Mes collègue m’ont même félicité et dit que je dansais comme une africaine, ce qui est un très bon compliment ici… contente Julia!!!" : Represent ! :-) (ah ben il a une drôle de tête ce bonhomme
là !)
Mais c'est koi ton numéro ?? G pas ça moi !!!


maman 22/09/2010 07:56


Que de moments forts, émouvants et utiles tu vis et nous fait vivre. Je me répète, mais je suis vraiment fière de toi. On se sent bien petit à côté de toi avec nos petits soucis. Sinon, repère bien
les endroits sympa où danser, afin d'amener ta vieille mère quand je viendrai te voir :=)
Bises fraiches d'Auvergne (bientôt on remet le chauffage icic!!)


monique 21/09/2010 18:43


Que c'et beau tout cela ,surtout vu d'ici !assise dans un fauteuil à roulettes !on aurait presque honte ! mais on se sent fier que tu existe . Tu éccris bien ,on rentre dans un livre d'aventures et
on déguste jusqu'au bout .sauf que ... on ne fait rien ,mais quand même on t'entend parler et c'est bien . Je suis contente de savoir que tu vas bien et que tu es entousiaste .Poutous ...pour être
originale Monique


Mamie Mi 21/09/2010 16:16


Toujours super le détail de tes activités sur place. Et surtout tes annecdotes !!!
J'ai beaucoup d'admiration pour ce que tu es capable de faire, et le cas de cette petite fille m'a beaucoup touché. On a du mal à se transporter au milieu de cette façon de vivre, nous qui avons
tout ici et qui nous plaignons sans cesse...
Bon bientôt le métro pour Bruxelles, les choses s'arrangent... et surtout "téléphone" correctement !!!!
Je garde Enzo et nous regardons tes photos ensemble, il est un peu affolé par les crocodiles que tu approches de si près !!!
Bonne continuation,
A bientôt de te lire,
Bises marseillaises de Mamie Mi


Max 21/09/2010 15:55


Aprés des heures de labeur sur les dancefloors français,ton talent est enfin reconnu!! ;-)
Je suis tes aventures tous les débuts de semaine et je vois que tout se passe bien pour toi,j'en suis ravi!!
A la semaine prochaine et ménages toi!
Bisous